Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alésia

  • Le Camp Nord

    Le voilà, ce fameux mur militaire, qui délimite une bonne partie du secteur de la Grange d'Aufferin. J'ai suivi des murs tout l'après-midi. Une grande partie de la portion du Camp est parfaitement circonscrite, épousant les lignes de terrain. Les clôtures barbelées n'ont, en général, fait que suivre les murs, mais il faudrait être de particulière mauvaise foi pour penser que ces murs puissent être des délimitations de parcelle.
    Image


    Image
    Notamment le mur militaire, situé en plein bois, dont la largeur est impressionnante!


    Image
    L'effondrement est récent, volontaire je dirais, afin d'évaluer la construction du mur. Mais ce n'est pas moi! ::D


    Image
    Le gros chêne de la Grange d'Aufferin, qui, paraît-il est en train de rendre l'âme. Quelques branches semblent encore vivaces! Tout le monde espère...

    Image
    L'extrémité Nord-Est du camp. A gauche, le "fastigium" (la falaise). Cette extrémité digitée est en terrasse, surplombant la combe de Crans. Ne pas l'avoir investie signifiait, pour les Romains, l'absence de contrôle sur ce qu'il se passait dans la Combe. Au milieu du champ, tout au bout, dans un bosquet, on devine ce qui doit être une base de tour.
    Image


    Visite fort instructive, donc. Les traces supposées de ce qui doit bien être un camp militaire existent à l'endroit où on les attend. Quel autre site séquane potentiel (Alise, on en parle même pas!) peut proposer des preuves aussi concrètes sur le terrain?

    Olif

  • Séquanes contre Eduens, la deuxième bataille d’Alésia !

    Si l’on en croit Alambix, l’aubergiste arverne qui fait visiter le Massif Central à Astérix, dans Le Bouclier Arverne (Editions Albert René) : «  Ch’est quoi Alégia ? Hmm ??? Qu’eche que vous lui voulez à Alégia ? Nous ne chavons pas où ch’est Alégia ! »

    « Regrettable chauvinisme » qui fait que, de nos jours, on ne soit pas encore à même d’avoir toutes les certitudes possibles quant à la localisation précise de cette défaite aux lourdes conséquences pour l‘avenir de la Gaule. Séquanes contre Eduens, archéologie officielle contre dissidents, la controverse bat son plein ! Ceci dit, Alésia n‘est pas la seule à être sur la sellette, de nombreux autres sites célèbres font l‘objet d‘une remise en question : Gergovie, en premier lieu, mais aussi Bibracte, Uxellodunum, Avaricum et même Lutèce, que l’on prend plaisir à imaginer autour de l’Île de la Cité et qui risque fort de se retrouver à Nanterre un jour ou l’autre !

    Mais revenons à l’Alésia des Mandubiens (Alesia Mandubiorum), située de façon officielle à Alise Sainte Reine, en Côte d’or, depuis le règne de Napoléon III, et qui n’a finalement que peu de chance de se trouver véritablement à cet endroit, géographiquement trop à l’Ouest et à l’écart de l’itinéraire le plus plausible qu’aurait pu emprunter Jules César pour regagner le province des Allobroges depuis le Pays des Lingons. Dans ce cas de figure, passage quasi obligé pour l’armée romaine en Séquanie, c’est-à-dire dans l’antique Comté, où plusieurs sites ont fait depuis longtemps acte de candidature. Alaise, tout d’abord, le plus ancien, situé dans le Doubs, en concurrence directe avec Alise du temps de Napoléon III. Et puis Salins (dans le Jura), Izernore (dans l’Ain), Chaux des Crotenay (dans le Jura), Eternoz et Pont-de-Roide (dans le Doubs) pour ne citer que les principaux et les moins fantaisistes. Certaines de ces localisations ont constitué un solide dossier et ont de remarquables atouts à faire valoir. Méthodologie objective dans l’identification du lieu de la bataille, concordance quasi parfaite avec le texte de César, grandeur du site qui rend hommage au statut de grand chef de guerre de Vercingétorix, repérage en surface des principaux endroits à fouiller, dans l’attente d’éventuelles autorisations, présence de nombreux vestiges proto-historiques en conformité avec le statut de la cité d’Alésia, « métropole religieuse de toute la Celtique », tout laisse à penser que le véritable lieu de la bataille d’Alésia ne se situe pas à Alise, mais bel et bien quelque part dans les monts du Jura. Sans prendre parti de façon objective, parce que tout cela reste pour l’instant du domaine de l’intime conviction malgré le faisceau d’éléments qui s’accumulent et convergent en faveur d’un site bien précis.

    Les principaux points de discorde portant sur l’interprétation et/ou la traduction du texte originel de César, nous nous garderons bien d’émettre un avis autorisé qui sortirait du cadre de nos compétences mais formulons un vœu : rendons aux Séquanes la victoire qui appartient à César ! Pour la plus grande gloire de la Franche-Comté. Et également en l’honneur de Vercingétorix, ce grand chef gaulois qui n’aura plus à rougir de cette défaite, incombant plus à la fatalité et à d’improbables retournements de situation qu’à ses qualités de guerrier !

    Pour permettre à chacun de se forger un avis sur la question, voici les principaux sites à consulter :

    • sur Alésia à Alise :

    http://bibracte.com/mon_histoire_de_la_gaule/alesia_plaidoyer_pour_alise-ste-reine.html

    http://www.alesia.com/

    • sur Alesia à Chaux des Crotenay

    http://alesia.jura.free.fr/index.html

    • sur Alésia à Pont-de-Roide :

    http://www.alesiadesmandubiens.com

    • sur Alésia à Salins les Bains :

    http://www.alesiasalins.com/

    • sur Alésia à Alaise :

    http://perso.orange.fr/alaise-alesia/accueil_alesia.htm

    • sur Alésia à Eternoz :

    http://www.alesiadecesar.fr/

    • sur Alésia à Izernore :

    http://perso.orange.fr/raymond.bergeret/page75.html

    • sur une autre Alésia bourguignonne ( !?) :

    http://membres.lycos.fr/alisincum/index.html

    • sur Alésia à Givry/Blannay, dans l’Yonne :

    http://www.alise-expansive.fr/

    • Sur Gergovie :

    http://www.gergovie.fr/index.html

    Olif

    P.S.: ce blog, actuellement composé d'anciens billets écrits sur le sujet, est finalement destiné à faire la promotion du site de Chaux-Syam, objectivement le plus concordant avec les écrits de César. Je suppose que le lecteur attentif l'aura compris.

  • A l'assaut d'Alésia (3): la chasse aux mégalithes

    Retour à l'Alesia Mandubiorum, la vraie, la jurassienne, cela faisait longtemps! La colline oùAlesia soufflait l'esprit, si l'on en croit Danielle Porte, auteur de l'ouvrage de référence qui guide régulièrement mes pas du côté de La Chaux des Crotenay. L'esprit soufflait fort sur la citadelle jurassienne, en cette belle après-midi de décembre. Un esprit glacé, venu du Nord, s'insinuant par les trous de nez et les oreilles, une bise noire anticyclonique qui a nettoyé le ciel et préparé le sol à recevoir la véritable première neige que l'on espère prochaine. Celle qui blanchit les pâturages pour plusieurs mois et permet la pratique des sports de glisse, nordiques ou alpins. De cheval! Non, pardon! Des Vosges!

    Depuis cet été, j'avais une revanche à prendre sur les mégalithes, qui s'étaient dérobés à ma vue dans le bois derrière Cornu. L'occasion était trop belle de retourner sur le plateau de La Chaux. En écoutant à fond dans la voiture The Washing Machine Cie, du Blues and Roll fromager du Frasnois, pays des lacs et des cascades, à une encâblure d'Alesia. Une voix qui réchauffe les oreilles, celle d'Amandine, et un harmonica monté sur ressorts, que vous ne pourrez apprécier à sa juste valeur si vous avez coupé le son de votre PC.


    Ayant effectué quelques repérages en douce et au préalable, je savais où garer ma voiture pour sortir de l'antique Cité par la grande porte, en longer les murs cyclopéens avant de pénétrer au coeur de la Basilique de la cote 801, véritable coeur cultuel  de la métropole celtique. Non sans avoir salué comme il se doit la Déesse Alésia, gardienne et protectrice de la Cité, qui symbolise le passage.

    Alesia_006_2 Alesia_011

    Alesia_001_1Après avoir descendu le chemin des Ânes, en tout bien tout honneur, et longé le superbe mur cyclopéen et ci-dessus, on arrive à proximité du hameau de Cornu. A Mi-Chemin, une petite soif! Un Carignan majoritaire de la Liquière, commercialisé en vin de table, gourmand, croquant, déssoiffant! Un beau vin de copains à tout petit prix. Dans mes rêves, bien sûr, car Il n'y en avait pas dans la gourde!

    En pénétrant dans l'enceinte de ce que les spécialistes de la question ont nommé "Basilique", du fait de son emplacement central et de sa richesse en sites cultuels et sacrificiels, on ne peut que s'extasier devant la beauté de ces pierres séculaires que l'on pourrait croire taillées par Obélix. Un menhir-sanglier, voilà qui aurait pu l'inspirer! A défaut d'avoir pu le manger!

    Alesia_030

    Alesia_031

    De retour à la maison, comme si je n'en avais pas encore eu assez, j'ai cru vouloir ouvrir une Imgp2416_1 bouteille de Fitou 2000 du Domaine Bertrand-Bergé. Les Mégalithes, qu'elle s'appelle, en principe c'est très bon et cela aurait conclu avec brio cette petite virée celtique et proto-historique. Totalement bouchonnés, qu'ils étaient, mes Mégalithes! Du coup, j'en profite pour glisser encore une image de menhir-boule, histoire de ne pas trop les avoir.


    Alesia_026

    Olif

  • A l'assaut d'Alésia (2): une pincée de Celte!


    Un temps appréciable s'étant réinstallé sur le massif du Jura, pas de temps à perdre, pour profiter deCharlotte cette après-midi de repos. Repas frugal et en dessert, pour la route, de la Charlotte! Aérienne, pulpeuse, divine, reçue 5:5/5. Une voix gracile, tendue, sur le fil, une musique et des arrangements particulièrement harmonieux, mélodiques et élégants! Le grand Serge doit en frétiller d'aise! Jane aussi, il y a quand même comme une petite filiation dans la voix! Et un piano digne d'Alladin Sane dans Everything I cannot see! Que du bonheur, sans aucune concession à la facilité!

    Direction: Alesia! Pour prendre une nouvelle fois d'assaut les Gyts de Syam! Carte IGN n° 3326ET à l'appui, afin de ne pas se perdre dans le Bois derrière Cornu!

    Langouette_021

    La grande force de la théorie alésienne jurassienne d' André Berthier, c'est que, si la description précise du site incombe bien à Jules César lors de la Guerre des Gaules, l'Alésia Mandubiorum existait bien avant lui, évoquée antérieurement par Diodore de Sicile comme la "métropole religieuse de toute la Celtique", et dont la construction est attribuée à Hercule lui-même, bien avant qu'il ne joue par désoeuvrement les faire-valoir de Pif le chien! D'où l'existence inévitable de murs de type cyclopéen, visibles d'un seul oeil, et surtout de monuments religieux et cultuels qui corroboreraient l'importance de la cité! Et qu'est-ce qu'on trouve, à Cornu et dans le Bois derrière Cornu, sur le plateau de La Chaux des Crotenay, en direction des Gyts de Syam, hein?  Si vous voulez du culte, vous allez être servis! Des menhirs, des mégalithes, des tombeaux, des tumulus, des lieux sacrificiels, des monuments, des sanctuaires! Tout cela étudié dans les moindres détails par des spécialistes! Enfin, vous auriez pu être servis! Parce que je me suis légèrement fourvoyé dans mon itinéraire, pourtant savamment étudié. Malgré l'aide du précieux livre de Danielle Porte: Alésia, Citadelle jurassienne, paru aux Editions Cabédita, les Celtes, je ne les ai pas vraiment rencontrés. Tout au plus leur réincarnation saisonnière, au nom déformé par un fort accent jurassien: juste une poignée de "celpes", cueillis derrière l'étang des Perchettes. Où je suis arrivé après m'être fourvoyé dans l'ascension occidendale des Gîts de Syam, m'obligeant de nouveau à jouer les chamois téméraires malgré mon âge et maAlesia_bis_010 condition respectables. J'ai quand même réussi à grimper sur le toit de la Grande Cheminée, une grotte à ciel ouvert déjà visitée à l'âge du Bronze. Puis, après Alesia_bis_021_1 quelques kilomètres à contresens par erreur, j'ai finalement retrouvé ma voiture en bordure de Saine au terme d'une marche de 3 heures,  revigorante mais éprouvante.

    De retour à la maison, pour avoir couru après tous ces mégalithes, j'ai bu des méga-litres! DuAlesia_bis_027 Perrier, d'abord, à la bulle qui dégomme, et puis, pour terminer la soif, un Mâcon Chaintré 2002 de L'Ancestra, désaltérant, frais, admirablement constitué. En accompagnement de ces jeunes "celpes"sacrés, ramassés sur "la colline où soufflait l'esprit", juste poêlés "nature" à l'huile d'olive. Ah! Si! j'oubliais! Avec une pincée de selte!

    Olif

  • A l'assaut d'Alésia!

    Je dois le reconnaître, c'est un peu devenu une obsession, actuellement! Et si, comme tout le laisse supposer, la véritable Alésia était jurassienne? Après avoir abondamment consulté le site d'André Berthier, celui de la véritable bataille de Gergovie (victime elle aussi d'une imposture, merci Napoléon III!), il a bien fallu me rendre à la raison! "On" s'est trompé, "on" nous a menti et "on" nous ment encore, par pseudo raison d'état! Pas de quoi perturber le quotidien, mais il serait juste de rendre à César ...

    Profitant d'une après-midi de repos, laissée libre par la family, plutôt disposée au farniente, je n'ai pas traîné à rejoindre Syam par la voie romaine rapide D je ne sais plus combien. Première étape, la cascade de la Billaude, dans les Gorges de la Lemme, un des remparts naturels de la forteresse, sur son versant Ouest, surtout pour la beauté du site, et parce que je n'y étais jamais allé!

    Alesia_006_1

    Et puis, direction Syam, au pied des Gîts, les deux mammelles fièrement dressées au dessus du ventre plat de la plaine, et que j'avais envie de titiller, en tout bien tout honneur!

    Alesia_010

    D'après mon plan, deux voies d'accès frontal étaient envisageables, et j'y suis allé tête baissée! L'objectif: prendre la citadelle d'assaut et apprécier ses défenses naturelles. Délaissant la voie médiane, celle des notaires endimanchés, j'ai bifurqué à l'Est, suivi mon instinct et des sentiers qui me paraissaient évidents. Pas toujours, car parfois ponctués de pointillés, m'amenant au bord de l'apic et m'obligeant à des acrobaties dignes d'un bouquetin sénile! C'est sûr, par là, on ne pouvait attaquer massivement! Une véritable forteresse peu difficile à renforcer. Les vestiges de sentiers, qui n'ont rien de récent, les gros blocs de pierre dont on imagine aisément pouvoir se servir, les falaises naturelles, tout cela concourt à rendre le site inexpugnable!
    Alesia_014 Alesia_015 Alesia_018_1

    Alors, je n'ai pas fait de découvertes archéologiques miraculeuses! J'ai sué dans la -difficile- Alesia_019 ascension des tétons de Syam, j'ai arpenté le Bois derrière Cornu (la pointe de la citadelle), j'ai croisé la route de l'étang des Perchettes, "tellement sec, qu'il fallait le boire à la fourchette!"*, puis fini par rejoindre l'ancienne voie d'accès principal à la ville d'Alésia, l'axe Poligny-Genève, à l'Ouest, en amont de la Billaude. Un petit parcours santé, physique, de 8 km environ, qui m'a amplement suffi pour une prise de contact. Le site est vaste et accidenté, j'aurai l'occasion de revenir!

    Et même en pleine nature jurassienne, du vert plein les yeux, la civilisation viticole nous rattrappe à grands pas. Un nom certainement aussi célèbre que celui de Jules César par ici, et qui ne conduit pas que de l'eau!

    Alesia_022

    Histoire de ne pas rester sur cette vision prestigieuse-là de l'Arbois, le soir, j'ai ouvert uneDivers_001_2 Mailloche 2003 de Stéphane Tissot.
    Plus Mailloche que 2003, actuellement, c'est certain! Le terroir a largement repris le dessus! Pas de lourdeur, de jolies notes fumées caractéristiques, minérales et argileuses, une acidité bien présente, 100% naturelle, et un bel équlibre, déjà fondu et harmonieux. Si tous les blancs de 2003 pouvaient avoir la classe de celui-ci...

    * Puisque les concours sont dans l'air du temps, une bouteille de Jura (peut-être pas une Mailloche, quand même!) à qui trouvera en premier l'origine de cette citation!

    Alesia_034

    Olif

  • Alesia jacta est!

    Ce que l'on pourrait traduire, approximativement et à peu près, par  Le sort d'Alésia n'en est pas jeté! Ou bien encore, de façon plus libre, mais tout aussi juste, Alésia n'a pas fini de faire jacter!

    Et d'abord, c'est où Alésia?

    Si l'on en croit Alambix, l'aubergiste arverne qui fait visiter le Massif Central à Astérix*, " Ch'est quoi Alégia? Hmm??? Qu'eche que vous lui voulez à Alégia? Nous ne chavons pas où ch'est Alégia!"

    Eh! bien moi, je n'ai pas chômé, chet après-midi! J'ai retrouvé Alégia! A Chaux des Crotenay (prononcer Chaux) et à Chyam (prononcer Syam), très exactement! Ch'est très chérieux!

    En 2006 après J.C., une bande d'irréductibles Séquanes résiste toujours à la thèse officielle qui veut situer le haut lieu de la défaite de Vercingétorix à Alise Sainte-Reine, en Bourgogne, ce qui est une totale aberration à tous les points de vue, surtout jurassiens, si l'on veut bien! Pour en venir à bout, il faudra démontrer qu'ils ont tort, ce qui est loin d'être le cas, aucune nouvelle autorisation n'étant délivrée pour effectuer des fouilles dans le Jura, de peur qu'ils aient raison! La thèse d'André Berthier dérange! Mais franchement, Alésia à Chaux des Crotenay, ça aurait de la gueule! Cela rendrait même justice à Vercingétorix, un grand chef gaulois que l'on imagine mal se laisser prendre au piège de la bête taupinière que constitue le Mont Auxois, vers Alisiia!

    Alesia_006
    L'oppidum, vu de la plaine de 3000 pas, celle de Syam, là où se déroula le fameux combat de cavalerie qui contraignit Vercingétorix à se replier avant d'être assiégé. Cette citadelle se devait d'être imprenable et située sur l'axe Langres-Genève, César ayant décidé de regagner la province des Allobroges. Alesia Mandubiorum, l'Alésia des Mandubiens, les habitants de la Mandoubie (les ancêtres des gens du Doubs) se situe forcément dans le Jura (le massif)!

    Pas chauvin pour un sou, ce soir j'ai débouché une bouteille de vin du pays des Eduens. Un Bourgogne  1999 du Domaine Leflaive, à point, droit, complexe, acidulé, développant une petite pointe de gras! A ta santé, vieux Jules!

    Div

    Olif

    P.S.: Alesia à Chaux des Crotenay et Syam (39), c'est du sérieux! Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le sujet,  Alesia a Syam dans le Jura. Tellement convaincant qu'on se prend à regretter de savoir où ch'est, maintenant, Alégia! Hein, Alambix?

    Alesia_008

    * In Le Bouclier Arverne, Une aventure d'Astérix,  en vente dans toutes les bonnes librairies

    N.B.: Cet article, truffé d'erreurs historiques, a été écrit à l'époque par un néophyte complet en la matière. Vous voudrez bien l'en excuser. Depuis, j'ai fait quelques progrès en Histoir romaine.